Rencontre d’un auteur, J.B. Andréa

Jean-Baptiste Andréa est venu le 15 novembre dans la salle Millet’nium pour partager avec nous son expérience d’auteur. Son premier roman  Ma reine a été publié il y a à peine deux mois et a reçu le 1er prix Fémina. Cet auteur dont les études ne le destinaient en rien à l’écriture d’un roman, nous dévoile que,malgré ses études en Sciences Politiques , « pour faire plaisir aux parents » , il s’est redirigé vers le cinéma où il est devenu le réalisateur de films d’horreurs. Il s’est lancé dans la littérature après s’être rendu compte que le cinéma ne lui offrait plus autant de liberté qu’avant, tant les contraintes budgétaires sont lourdes.

Son livre retranscrit un état d’esprit plutôt optimiste par l’intermédiaire de son personnage principal : Shell. Il ne s’agit pas d’adopter un point de vue naïf sur le monde et de fermer les yeux sur ses misères, mais d’avancer malgré tout dans la vie en gardant un regard émerveillé et combattif.

A mesure de la lecture de passages de Ma Reine par l’auteur, un dessinateur, Paul Rey, illustrait en arrière-plan la station essence où le personnage de l’histoire habite. Le roman  adopte le point de vue  d’un enfant qui souffre d’un retard mental ; son rapport au monde étant différent, l’écriture prend alors une dimension très poétique.

L’enfant, pour échapper à l’institut où on veut le placer, fugue : il souhaite faire la guerre pour montrer à ses parents qu’il est un homme. Sur le chemin, il rencontre Viviane qui va lui faire croire tout et n’importe quoi. Ce roman nous emmène dans un monde d’enfant sans limite où l’imaginaire n’a aucune barrière.
Durant cette rencontre, nous lui avons posé de multiples questions, voici quelques bribes :
Pourquoi l’histoire se passe t-elle en 1965 ? « Pour s’éloigner de ce monde moderne. Je voulais un monde où la nature est intacte, où les enfants ne sont pas accrochés à la technologie.J’écris avant tout pour faire voyager le lecteur en dehors de son quotidien. »

Pourquoi Shell n’a-t-il pas de prénom ? « Dans l’histoire, peu de choses sont détaillées : j’aime laisser au lecteur combler les vides par son imagination »
Pourquoi ce thème? « Le thème de l’enfant pour moi est quelque chose d’important car l’enfant a ce regard magique et naïf qui réenchante le monde. Plutôt que de voir tout le temps la noirceur du monde, je préfère voir le beau avec l’enthousiasme d’un enfant. »

Dans quelles circonstances écrivez-vous ? « J’aime écrire dans le calme, dans mon bureau. L’écriture de Ma reine a duré 2 mois durant lesquels j’ai écrit tout les jours. »

Article écrit par Lemarquand Daisy et Toupotte Mona, 1eL3

JB

Interview fictive réalisée à partir de la rencontre :

LA TOILE : Bonjour, nous accueillons aujourd’hui Jean-Baptiste Andrea. Jean-Baptiste, tu es né en 1977 à Saint-Germain-en-Laye, tu as aujourd’hui 46 ans. Tu es réalisateur et scénariste, n’est-ce pas ?

J.B ANDREA : Tout à fait, j’ai fait trois longs-métrages. J’ai écrit et réalisé Dead End il y a quatorze ans, ensuite j’ai écrit et réalisé Big Nothing en 2006 avec David Schwimmer et Simon Pegg, puis j’ai écrit Hellphone avec Jennifer Decker en 2007 et enfin, il y a quatre ans, j’ai écrit et réalisé La Confrérie des larmes avec Jérémie Renier et Audrey Fleurot.

LA TOILE : Il me semble, si je ne m’abuse, que votre premier film a été récompensé six fois.

J.B ANDREA : En effet.

LA TOILE : Pourquoi avez-vous donc arrêté le cinéma pour vous dédier aux livres ?

J.B ANDREA : Eh bien, le cinéma exerçait sur moi une forme d’oppression. Je suis anticonformiste, voyez-vous, et de mon point de vue, les films sont trop « calculés » ; ils dépendent du budget, de l’avis du public, etc. Il me semble qu’écrire un livre offre plus de liberté.

LA TOILE : Parlez-moi de votre roman Ma Reine paru en 2017 grâce aux Editions de l’Iconoclaste.

J.B ANDREA : Ma Reine, c’est l’histoire d’un adolescent qui vit seul avec ses parents dans une station-service. Un jour, il rencontre une jeune fille prénommée Viviane. Tout le long du roman, on suit la fuite des deux personnages ; c’est comme si l’impossible devenait vrai, comme s’ils étaient en parfaite harmonie avec le monde qu’il découvre. Les personnages se révèlent au fur et à mesure de l’histoire.

LA TOILE : L’histoire se déroule vers 1965, c’est bien cela ?

J.B ANDREA : Effectivement, j’ai choisi cette date éloignée dans le temps pour dépayser le lecteur et stimuler son imagination. Et puis, il n’y avait pas le téléphone portable (ha ha ha!)…

LA TOILE : Vos personnages, mis à part Viviane, ne sont pas nommés. Même le personnage principal est désigné par un surnom, Shell, la marque qu’il porte sur son blouson. Pourquoi ce choix ?

J.B ANDREA : Je pense qu’il faut enlever le superflu. Il n’est pas utile de tout dire. Le lecteur comble les vides.

LA TOILE : En combien de temps avez-vous écrit ce livre ?

J.B ANDREA : Deux mois. Je perçois l’étonnement sur votre visage (ha ha ha!). En effet, c’est très peu, mais, je savais exactement où je voulais en venir. Et une fois lancé, on ne m’arrête plus.

LA TOILE : En quoi ce livre est-il important pour vous ?

J.B ANDREA : Dans Ma Reine, je traite du thème cher à mes yeux de l’enfance. Pour moi, les enfants ont comme un regard magique sur le monde, une certaine innocence. Ils débordent d’imagination, n’est-ce pas ? De plus, j’écris depuis tout petit. Ma Reine, c’est vraiment moi.

LA TOILE : Touchant. Quels sont vos futurs projets ?

J.B ANDREA : Je travaille actuellement sur un deuxième roman, un film avec Pathé et une série en collaboration avec Netflix.

LA TOILE : Cela s’avère très prometteur. Merci d’avoir répondu à nos questions, Jean-Baptiste.

                                                                            Mélenn L’Alès, 1e L3

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :